Comment la loi sur la sécurité affecte votre retraite et votre planification successorale

AccueilAssurance, prévoyance, complémentaires

Comment la loi sur la sécurité affecte votre retraite et votre planification successorale

Fin décembre 2019, le président Donald Trump a signé la loi sur l’amélioration de la mise en place de chaque communauté pour la retraite (loi SECURE).

Plusieurs de ces changements ont fait l’objet d’une volée de bois au Capitole pendant des années, et ses partisans le présentent comme les changements les plus complets en matière de retraite depuis la loi sur la protection des retraites de 2006. Compte tenu de son soutien bipartisan, les changements ne sont pas exactement révolutionnaires. La plupart des changements sont incrémentaux, en ajustant les règles existantes des comptes de retraite.

Et comme il s’agit d’un projet de loi bipartisan, il comprend également un moyen astucieux d’augmenter les recettes fiscales sans augmenter les taux d’imposition. Tout le monde à Washington a le droit de se taper dans le dos après de telles manœuvres.

Lorsque vous planifiez votre retraite, assurez-vous de comprendre les nouvelles règles et d’ajuster votre planification successorale en fonction des nouvelles règles sur les IRA hérités.

Les IRA hérités : Drain en 10

Avant la loi SECURE, les personnes qui héritaient d’un IRA pouvaient étaler les retraits sur toute leur vie. Ils devaient toujours effectuer des distributions minimales obligatoires (RMD) en fonction de leur âge, de leur espérance de vie et du montant disponible sur le compte. Mais les héritiers pouvaient répartir leurs retraits sur l’ensemble de leur espérance de vie restante.

L’époque de ces « stretch IRA » est révolue. Le changement le plus important de la loi SECURE a été d’exiger que les gens vident tous les IRA hérités dans les 10 ans – une clause rapidement appelée la règle « drain-in-10 ». Elle supprime les RMD annuels, exigeant simplement à la place qu’il ne reste rien sur le compte 10 ans après le passage à un héritier.

Notez que la règle drain-in-10 s’applique aux comptes de retraite non-Roth comme les IRA traditionnels, les 401(k)s et les SIMPLE IRA. Les comptes Roth viennent avec leurs propres règles d’héritage distinctes, qui sont restées inchangées. Les héritiers peuvent effectuer des retraits en franchise d’impôt sur les Roth IRA pendant un maximum de cinq ans après en avoir hérité.

Le but de la règle de l’égouttage en 10

Pourquoi le Congrès a-t-il cessé de permettre aux héritiers de puiser dans leur héritage à un rythme plus lent et plus responsable ?

En un mot, les recettes. L’IRS impose les retraits des comptes IRA traditionnels comme des revenus réguliers. En obligeant les héritiers à retirer tout l’argent relativement rapidement, les retraits font passer le revenu imposable des héritiers dans des tranches d’imposition plus élevées.

Les retraits de l’IRA ne sont pas des revenus ordinaires.

Imaginez que vous êtes un célibataire gagnant un modeste 40 000 euros par an. Selon les tranches d’imposition2020, vous payez 10 % pour environ les premiers 10 000 euros de cette somme et 12 % pour les 30 000 euros suivants. Votre dernier parent restant décède et vous laisse 400 000 euros provenant de son IRA.

Quoi qu’il arrive, vous devez payer des impôts sur les retraits. Mais auparavant, vous pouviez répartir les retraits sur le reste de votre vie et profiter d’une grande partie de cet héritage comme revenu de retraite. Par exemple, vous pouviez en retirer 15 000 euros par an pour compléter votre revenu, en payant le taux d’imposition plus élevé de 22 % sur ce montant, puisque cela faisait passer votre revenu dans la tranche d’imposition suivante.

En raison de la loi SECURE, vous devez désormais plutôt prélever 40 000 euros par an sur celui-ci, plus les retours. Vous payez le taux d’imposition plus élevé de 22 % sur 40 000 euros plutôt que sur 15 000 euros. L’argent cesse également d’être composé, comme il l’avait été en tant que fonds intacts avant impôt dans un IRA.

Il s’agit d’une série de mesures importantes.

Cela représente aussi de sérieuses recettes fiscales. Les estimations du Congressional Budget Office chiffrent les recettes fiscales supplémentaires liées à cette nouvelle règle à 15,7 milliards d’euros au cours des 10 prochaines années.

Et si vous ne prenez pas les distributions minimales requises, vous devez payer à l’IRS une pénalité de 50% sur le montant que vous n’avez pas pris. Ainsi, si vous deviez retirer 10 000 euros mais que vous ne le faites pas, vous payez une pénalité de 5 000 euros à l’IRS.

Exceptions à la règle du retrait de 10 000 euros

La loi SECURE est entrée en vigueur le 1er janvier 2020 et n’est pas appliquée rétroactivement. Toute personne ayant hérité d’un IRA ou d’un 401(k) auparavant est exemptée.

Les autres exceptions concernent les conjoints, les héritiers n’ayant pas plus de 10 ans de moins que leur bienfaiteur – comme les frères et sœurs – et les personnes handicapées. Les conjoints peuvent faire rouler l’IRA hérité dans leur propre IRA traditionnel ou dans l’IRA du conjoint.

Les non conjoints ne peuvent pas transférer les fonds d’un IRA hérité dans le leur. Leur seule option est de retirer l’argent aux taux d’imposition normaux sur le revenu.

La quatrième exception existe pour les IRA hérités.

Une quatrième exception existe pour les mineurs. La règle de la vidange en 10 n’entre en jeu qu’à partir du moment où l’enfant a 18 ans et atteint l’âge de la majorité. Ainsi, les enfants qui héritent d’un IRA ont jusqu’à 28 ans pour vider le compte sans encourir de pénalités de l’IRS.

Problèmes que les trusts créent pour les héritiers

Certains bienfaiteurs placent leur argent dans des fiducies à leur décès, avec des instructions détaillées sur la façon de libérer les fonds. Dans certains cas, la fiducie verse les fonds un peu à la fois ou ne les libère qu’après un nombre d’années prédéterminé.

Ces fiducies sont restrictives.

Ces fiducies restrictives peuvent créer un problème pour les héritiers. Par exemple, si une fiducie ne permet au bénéficiaire que de prendre le RMD, cela pourrait signifier le déblocage de tout le solde en une seule fois après 10 ans – et obliger le bénéficiaire à payer des impôts sur le revenu massifs sur ce montant.

Forcer les héritiers à prendre l’intégralité du solde des fonds fiduciaires en 10 ans maximum peut également aller à l’encontre de tout l’objectif : répartir l’héritage sur de nombreuses années pour empêcher l’héritier de claquer l’argent dans des voitures de sport, des gadgets et des vêtements de marque.

Idées pour minimiser les impôts

Si vous planifiez votre succession, parlez-en à un conseiller financier avant toute chose. Les règles fiscales relatives aux héritages sont compliquées et rendues encore plus complexes par les règles de planification successorale. Si vous n’avez pas actuellement de conseiller financier, vous pouvez en trouver un dans votre région par l’intermédiaire de SmartAsset.

Les bienfaiteurs qui ont mis en place des fiducies pour que leurs héritiers reçoivent un IRA doivent examiner attentivement leur structure et s’assurer qu’ils n’obligent pas leurs héritiers à prendre la totalité du montant en une seule fois.

Dans le cas d’un IRA, il est possible d’avoir recours à une fiducie.

Une option consiste à utiliser une partie des fonds de l’IRA pour créer une police d’assurance-vie par le biais de Bestow avec votre héritier comme bénéficiaire désigné. Vous payez des impôts sur les coûts des primes, mais votre héritier ne paie pas d’impôts sur le versement.

Vous pouvez également envisager des transferts de fiduciaire à fiduciaire pour les héritages IRA. Mais ceux-ci se compliquent rapidement, alors parlez-en à un avocat spécialisé dans la planification successorale ou à un fiscaliste par l’intermédiaire de H&R Block.

Si vous êtes à la réception d’un héritage IRA, le bon sens suggère de répartir les retraits de façon égale sur les 10 années pour minimiser votre charge fiscale. Vous pouvez placer l’argent dans vos propres comptes de retraite à l’abri de l’impôt, qu’il s’agisse d’un compte parrainé par l’employeur, comme un 401(k) ou un 403(b), ou d’un IRA.

Alternativement, si vous êtes proche de l’âge de la retraite, vous pouvez attendre de prendre votre retraite avant de faire des retraits. Vous évitez de retirer de l’argent de l’IRA hérité tout en percevant un revenu gagné, de sorte que la combinaison ne fait pas grimper votre tranche d’imposition. Mieux encore, vous pouvez retarder le retrait d’argent de vos propres comptes de retraite, les laissant ainsi se composer et minimisant votre risque de séquence de rendements.

loi sécurité

Modifications supplémentaires des comptes de retraite

Bien que le nouveau changement de drain-in-10 pour les IRA hérités ait suscité le plus de controverse et d’angoisse parmi les investisseurs, c’est loin d’être le seul changement créé par le SECURE Act.

Veillez à bien comprendre tous les changements de règles, que vous planifiez vos propres investissements de retraite ou que vous soyez un propriétaire de petite entreprise envisageant un plan de retraite pour vos employés.

1. Plus de restriction d’âge sur les contributions IRA traditionnelles

Avant la loi SECURE, les personnes de plus de 70 ans et demi ne pouvaient pas contribuer à leurs comptes IRA traditionnels.

Mais les personnes vivent plus longtemps, ce qui signifie généralement qu’ils doivent travailler plus longtemps et épargner davantage pour s’offrir une retraite. La loi SECURE permet aux de tout âge de continuer à ajouter de l’argent à leur IRA traditionnel.

Et pourquoi pas ? Du point de vue de l’IRS, ils peuvent permettre aux plus âgés de continuer à cotiser, en sachant que les fonds ne peuvent rester non imposés que pendant un maximum de 10 ans après le décès du cotisant.

Les planificateurs particulièrement avisés peuvent profiter de la suppression du plafond avec des contributions Roth détournées, ce qui leur permet d’avoir plus de flexibilité pour brasser l’argent en fonction des revenus de l’année en cours. Mais parlez à un planificateur financier de ces manœuvres complexes avant des essayer chez vous.

2. Ge plus élevé pour les distributions minimales requises

Selon les règles précédentes de l’IRA, les titulaires de compte devaient commencer à prendre des RMD à l’âge de 70 ans et demi. La loi SECURE a relevé l’âge minimum de départ des RMD à 72 ans. Encore une fois, cela n’a de sens que si les personnes vivent et travaillent plus longtemps.

L’exception à l’âge du RMD reste en place : Les personnes qui continuent à travailler et ne possèdent pas plus de 5 % de l’entreprise où ils travaillent n’ont pas à prendre de RMD. Après avoir pris leur retraite, ils doivent commencer à prendre des RMD s’ils sont âgés de plus de 72 ans.

3. Les rentes dans les plans 401(k)

Quasiment aucun employeur n’incluait les rentes comme option dans ses plans 401(k) avant la loi SECURE. La raison en était simple : les anciennes lois tenaient les employeurs pour responsables fiduciaires des rentes incluses dans leurs plans 401(k).

Mais l’industrie de l’assurance a fait un lobbying intense pour changer cette règle, et leur de lobbying ont payé dans la loi SECURE. Le fardeau de la responsabilité incombe maintenant aux fournisseurs d’assurance, et non aux employeurs, ce qui ouvre les portes aux employeurs pour qu’ils commencent à considérer les rentes comme des options dans leurs plans de retraite.

Les rentes sont des produits qui ont une durée de vie limitée.

Les rentes sont des investissements complexes qui versent un revenu au fil du temps. Avant d’en choisir une dans votre régime d’employeur, discutez avec un conseiller financier des implications exactes, des risques et des récompenses.

Les rentes sont des investissements complexes qui versent un revenu au fil du temps.

4. Plus d’options pour les employés à temps partiel

Dans le cadre des lois précédentes, les employeurs ne devaient offrir une participation à leurs plans de retraite qu’aux employés qui travaillaient au moins 1 000 heures par an pour eux.

La loi SECURE exige que les employés à temps partiel aient accès à un plan de retraite.

La loi SECURE exige que les employeurs permettent à un plus grand nombre d’employés à temps partiel de participer. Bien que la règle précédente s’applique toujours, les employeurs doivent également permettre l’accès à tous les employés qui travaillent au moins 500 heures par an pendant trois années consécutives ou plus.

La loi SECURE exige que les employeurs permettent à davantage d’employés à temps partiel d’opter pour la participation.

L’exigence protège les employés à temps partiel qui fragmentent de plus en plus leurs revenus et participent à la gig economy. Épargner pour la retraite est déjà difficile, même avec un plan parrainé par l’employeur. Survivre dans un emploi sans avantages sociaux rend les choses dramatiquement plus difficiles.

Les travailleurs à temps partiel ont besoin d’être protégés.

5. Retraits sans pénalité pour les nouveaux enfants

Avoir des enfants coûte cher. Vraiment, vraiment cher.

La loi SECURE permet aux titulaires de comptes de retirer jusqu’à 5 000 euros de leur compte de retraite lorsqu’ils donnent naissance ou adoptent un enfant. Le retrait est soumis à l’impôt sur le revenu normal, mais il n’est pas soumis à la pénalité standard de 10 %.

Bien que ce ne soit pas un changement bouleversant, il rend les comptes de retraite plus flexibles et encourage les personnes à y verser de l’argent. L’exception relative aux nouveaux enfants fonctionne de manière similaire à l’exception relative à la mise de fonds, qui permet aux titulaires de comptes de retirer jusqu’à 10 000 euros de leur IRA sans pénalité pour acheter une maison.

Il s’agit là d’un changement important.

6. Plans de retraite à employeurs multiples

Dans le but d’aider davantage d’employeurs à offrir des régimes de retraite, la loi SECURE facilite la tâche des employeurs multiples qui souhaitent se regrouper pour négocier des régimes abordables.

La loi supprime l’impôt sur le revenu des personnes physiques.

La loi supprime les pénalités fiscales auxquelles étaient auparavant confrontés les régimes à employeurs multiples si l’un d’entre eux ne respectait pas les exigences. L’ancienne loi pénalisait tous les employeurs participants. La loi SECURE a supprimé cette règle dite du « one-bad-apple » (une pomme pourrie).

La loi supprime également une autre règle restrictive : l’obligation pour les employeurs de partager une « caractéristique commune » pour se regrouper afin d’offrir à leurs travailleurs un régime à employeurs multiples. En pratique, cela signifiait généralement que seules les entreprises de la même industrie formaient des régimes à employeurs multiples. Désormais, n’importe quel groupe d’employeurs peut se réunir pour négocier avec les administrateurs de régimes et offrir les meilleurs régimes possibles aux employés.

7. Incitations à l’auto-inscription

Une étude réalisée en 2018 par Vanguard a révélé un fait étonnant. Lorsque les employés devaient opter volontairement pour des plans parrainés par l’employeur, seuls 47 % d’entre eux le faisaient. Lorsque l’employeur les inscrivait automatiquement, les obligeant à se retirer plutôt qu’à adhérer, le taux de participation doublait presque pour atteindre 93 %.

C’est logique. Les gens ont tendance à prendre le chemin de moindre résistance. Mais cela signifie également que l’une des façons les plus simples d’augmenter la participation des employés est tout simplement d’encourager les employeurs à les inscrire automatiquement.

La loi SECURE crée un nouveau crédit d’impôt pour les employeurs qui commencent à inscrire automatiquement leurs employés à un plan de retraite d’entreprise. Bien qu’il ne soit que de 500 euros, le crédit d’impôt s’applique non seulement aux employeurs qui lancent un nouveau plan de retraite, mais aussi à ceux qui commencent l’inscription automatique pour leur plan existant. Les employeurs peuvent le prendre jusqu’à trois ans après avoir commencé l’auto-inscription des employés, pour un crédit d’impôt total maximum de 1 500 euros.

Enfin, il relève le plafond du pourcentage du revenu que les employeurs peuvent fixer comme contribution par défaut des employés. La limite par défaut précédente était de 10 %, et la loi SECURE la porte à 15 %.

8. Augmentation du crédit d’impôt pour les nouveaux plans de retraite parrainés par l’employeur

Dans le cadre de la loi précédente, les employeurs pouvaient bénéficier d’un crédit d’impôt maximal de 500 euros pendant un maximum de trois ans lorsqu’ils commençaient à offrir un régime de retraite à leurs employés.

La loi SECURE élargit le crédit d’impôt. Les employeurs peuvent demander un crédit d’impôt de 250 euros par employé admissible couvert, avec un crédit d’impôt maximal de 5 000 euros. Pour adoucir la situation, les employeurs peuvent également bénéficier du crédit d’impôt de 500 euros pour l’inscription automatique des employés en plus du crédit d’impôt pour la création d’un nouveau plan de retraite parrainé par l’employeur.

La loi SECURE élargit le crédit d’impôt.

Bien que ces chiffres semblent minimes, ils permettent de compenser les coûts pour les petites entreprises qui veulent offrir des plans de retraite mais qui ont peu d’argent libre à y consacrer.

Mot final

La loi SECURE fait 125 pages et comprend des dispositions supplémentaires non énumérées ci-dessus. Par exemple, elle exige que les administrateurs de plans 401(k) offrent des « déclarations de divulgation du revenu à vie », décomposant le potentiel de revenu de divers investissements. Les compagnies d’assurance peuvent utiliser ces ventilations du potentiel de revenu comme un dispositif de marketing pour présenter leurs rentes en démontrant, à l’aide d’exemples pratiques, à quel point ils pensent que les employés seront mieux lotis s’ils optent pour une rente plutôt que pour des fonds d’actions « à haut risque ».

Pour une explication complète de l’impact de la loi SECURE sur votre planification de la retraite, votre planification successorale et votre planification fiscale, parlez-en à votre conseiller financier. Alors que de nombreux changements dans la loi impliquent de simples ajustements, le changement de règles pour les fonds IRA hérités, en particulier, a des implications complexes pour votre planification successorale.

En cas de doute, investissez plus d’argent dans vos comptes de retraite à l’abri de l’impôt. Après tout, il vaut mieux accumuler trop de richesses pour la retraite que pas assez.

Il n’y a pas d’autre solution.

Quels sont, selon vous, les changements les plus importants de la loi SECURE ? Comment la loi affectera-t-elle la façon dont vous investissez pour votre retraite et dont vous structurez votre planification successorale ?

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0